Page 37


 
On fabrique actuellement des êtres libres
 
 
   Il y a 150 ans à peine, presque tous les humains sur cette planète étaient prisonniers d'eux-mêmes, et des autres également. Les traditions, les nombreux tabous, les interdis de toutes sortes, ainsi que certaines pratiques inutilement restrictives, étaient omniprésentes. Les religions contribuaient largement à cet état de chose. Il semble toutefois que nos aïeux acceptaient assez bien cette façon de vivre, ou peut-être ne pouvaient-ils pas entrevoir comment se sortir de ce joug.
 
   À vrai dire, la majorité des gens qui vivaient à cette èpoque, croyaient que le destin de l'homme était ainsi constitué, engourdis qu’ils étaient dans leurs nombreux préjugés. Le monde semblait fermé aux principes évolutionnaires. Rares étaient ceux qui osaient montrer quelques signes de résistance aux mœurs du temps. Ceux qui s’y risquaient étaient vite invités à se taire, ça dérangeait. Après tout, c’était comme ça depuis toujours, et on avait acquis l’habitude de référer surtout aux recommandations des ancêtres pour se faire guider dans la vie.
 
   Et puis, tout d'un coup, en un siècle et demi environ, ce qui est très peu à l'échelle de la planète, le monde a changé. Dans la plupart des pays du globe, et davantage dans l’émisphère nord, l'être humain a probablement plus évolué durant cette période de temps, qu'il ne l'avait fait dans les 1 000 années précédentes. Devrait-on attribuer ce brusque changement à l'évolution, qui agit de façon pyramidale, ou à l'arrivée de la planète dans l'Ère du Verseau
 ? Il y a probablement un peu des deux. Certains diront que c’était dû tout simplement.
 
   L’homme d’aujourd’hui, enfin débarrassé des contraintes et des nombreux tabous du passé, se libère graduellement de toute influence extérieure à lui-même. Mais pour que cette liberté soit profitable à l’ensemble de la société, elle doit être accompagnée de conscience et de sagesse. La liberté entre les mains d’ignorants ou de malveillants, est comme une arme entre les mains d’un enfant. On ne doit pas oublier également, que parfois la liberté des uns peut entraver grandement celle des autres. Ainsi, on peut s’attendre à ce qu’il y ait quelques écarts de conduite ici et là.
 
   Cette plus grande liberté dans notre façon de penser et de vivre, nous avons l’opportunité de le vivre aujourd’hui au plus profond de notre être. Enfin, on fabrique actuellement des êtres libres.

André A. Bernier 



 
Et surtout n'oubliez pas...

La connaissance n'a de valeur que si elle est appliquée dans la vie


Page suivante : Le rôle de la femme


Table des matières


  37